Théologie Rose + Croix

La Théologie R+C est basée sur le ternaire.

 

Les Rose-Croix reconnaissent, au centre absolu du plan divin, la Nature éternelle et incréée qui se distribue de la façon suivante:

                                - L'Esprit, l'éternelle Quintessence ;

                                - Dieu, l'éternelle Substance ;

                                - Le Verbe, l'Essence des trois personnes divines, triple et une

                                - L'Humanité divine, vie de feu, de lumière et d'esprit. 

Cette sphère du soleil divin rayonne la Lumière de la Grâce, dont le Fiat produit le Temps et l'Espace.

En elle sont contenues toutes les possibilités imaginables; ce sont les eaux décrites dans les cosmogonies, sur lesquelles plane le souffle des Elohim et qui engendrent la Lumière de la Nature, qui est la première chose créée contenant les quatre qualités le froid, le chaud, le sec et l'humide.

 Ici se placent les opérations du Soleil naturel, à la fois feu, lumière, esprit et vie.

L'Hylé primitive, centre de la Lumière de la Nature, est le principe du monde supérieur spirituel, le palais indicible de la Nature céleste zodiacale, réservoir des semences célestes, animales, végétales et minérales.

Le corps de la Lumière de la Nature est le monde inférieur, corporel, composé de forme et de matière, des quatre éléments et des trois principes : sel, soufre et mercure.

Ces deux mondes, le supérieur et l'inférieur, sont semblables ; on y trouve une substance et trois principes dont l'ensemble forme le chaos d'où jaillit la fontaine d'eau vive, le Mercure des philosophes.

Le Soufre des philosophes procède de la putréfaction ; il est l'âme.

Le Sel procède de la calcination ; il est la forme.

Le Mercure, l'enfant, provient de la conjonction; lorsqu'on le coagule, on obtient l'Archée fixe et la Teinture.

Les manifestations du Tétragramme sont toujours à demi voilées ; elles envoient leurs rayons sur ce monde pendant le jour, et ces rayons sont assimilés pendant leur nuit ; l'homme reçoit ces rayons par la prière et les assimile par le travail.

 

 

RETOUR