LA CONSCIENCE INCARNÉE OU JIVATMA

 

La Conscience UNE sous un aspect de dualité, est Transcendante et Immanente.

La Conscience Transcendantale est appelée le Paramâtmâ.

La Conscience incarnée dans le Mental et la Matière est le Jîvâtmâ.

Dans le premier cas la Conscience est informelle; Dans le second elle a une forme.

La forme est un produit de la Conscience sous son aspect de Puissance (Shakti).

La Puissance nommée Prakriti Shakti est la source directe du Mental et de la Matière.

L'aspect statique correspondant est appelé Purusha. (Ce terme est parfois appliqué au Suprême, comme dans le nom Brahmâ- purusha. Il S'agit ici d'un centre de conscience limitée, limitée par la Prakriti qui s'y trouve associée, et par le Mental et la Matière que le produit.

On entend vulgairement par Purusha, comme par jiva, l'être sensible pourvu d'un corps, autrement dit la vie organique. L'homme est un microcosme (Kahudrahmânda) (Petit OEuf de Brahmâ - sphéroïde). Le monde est le macrocosme (Brahmânda).

Il existe des mondes innombrables, dont chacun est gouverné par des Seigneurs particuliers, bien que tous n'aient qu'une seule Grande Mère qu'adorent ces Seigneurs eux-mêmes, en mettant sur leur tête la poussière de Ses pieds. En tout, est tout ce qui est dans tout le reste. Il n'est donc dans l'univers rien qui ne soit dans le corps humain. Il est inutile de lever les yeux vers le ciel pour trouver Dieu. Il est en nous, comme le "Maître intérieur" (Antaryâmin) ou le " Soi intérieur " (Antarâtniâ) (" antah" implique les idées de " secret " de " subtil "; Car l'Atmâ, fin comme un atome, est à l'intérieur de toute chose.

C'est l'oiseau Hamsah qui se joue dans le Lac de l'ignorance. Au moment de la dissolution, où il est Samhârarûpî, Atmâ se révèle).

Tout le reste est Sa puissance, manifestée en Mental et Matière. Tout ce qui existe de Mental ou de Matière dans le monde existe sous quelque forme ou en quelque manière dans le corps humain.

Nous avons déjà cité cette formule du Viçhvasaîra Taitira : " Ce qui est ici est là. Ce qui n'est pas ici n'est nulle part".

Dans le corps est le Couple Suprême, Shiva - Shakti, présent en toutes choses.

Dans le corps est Prakriti Shakti, avec tous Ses produits. En fait, le corps est un vaste réservoir de Puissance (Shakti).

L'objet des rites tantriques est de conduire ces différentes formes de puissance à leur pleine expression. C'est I'oeuvre de la Sâdhanâ.

Les Tantra disent qu'il est au pouvoir de l'homme d'accomplir tout ce qu'il désire s'il concentre sur ce but sa volonté. Et selon leur doctrine il en doit être ainsi, car l'homme est essentiellement un avec le Seigneur Suprême (Ishvara) et la Mère Suprême (Ishvari), et plus il manifeste l'Esprit, plus il est doué des pouvoirs de l'Esprit.

Le centre et la racine de tous ses pouvoirs de jiva, c'est Kundalini Shakti.

Le centre où se réalise la conscience endormie est le sommet du cerveau ou Sahasrâra, d'où, chez le Yogi, le Prâna s'échappe, au moment de la mort, par la fissure appelée Brahmarandhra.

Le Mental et le Corps sont les effets de Prakriti. Ayant tous deux la même origine, tous deux, Mental ou Matière, sont choses " matérielles", c'est- à- dire par nature des forces et des instruments limités par lesquels opère l'Esprit, ou Conscience, qui, bien qu'en lui même sans limite, apparaît ainsi limité.

La lumière d'une lanterne n'est point modifiée, mais sa manifestation à l'extérieur est affectée, par la matière à travers laquelle brille cette lumière. Prakriti, cependant, n'est pas la " Matière " des savants. Celle-ci n'est que son produit le plus grossier, et comme telle n'a pas d'existence durable.

Prakriti est la cause " matérielle " du Mental comme de la Matière, et de l'ensemble de l'univers qu'ils composent.

Elle est la matrice (Yoni) mystérieuse et féconde qui donne naissance à toute chose.

Ce qu'Elle est en Elle-même, nul ne peut le concevoir. Elle n'est connue que par Ses effets Bien que Mûlaprakriti soit la cause matérielle du monde sorti d'Elle en dernière analyse, telle qu'elle est en elle-même (Svarûpa).

Prakriti comme tout le reste, est conscience, car la conscience qui est puissance et la conscience demeurée statique ne font qu'une.

|RETOUR |